En voulant tuer Charlie Hebdo, il est devenu immortel. Vive la liberté d’expression !

Comme des millions de personnes à travers la France et le Monde j’étais sous le choc en apprenant les évènements du mercredi 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo.

Malgré cela, je ne suis pas là pour commenter ces faits ou lancer une polémique sur ces tragiques événements. Néanmoins je suis triste, triste et en colère.

Ne vous méprenez pas, je ne connaissais aucune des victimes personnellement. De plus, je ne fais pas cela pour quelques vues de plus sur mon site. J’écris ces lignes parce j’aime la liberté d’expression. Elle a pris une claque odieuse, barbare, injustifiée et dépourvue de toute morale. C’est pour elle que je le fais.

Est-ce que demain, les personnes que je connais, de près comme de loin, qui s’expriment à travers un média seront assassinées ? Simplement parce que leurs expressions est contraire à un dogme moyenâgeux dans lequel s’enferment certains simples d’esprit…

Eric Bouvet, parce qu’il est va au cœur des conflits pour montrer au Monde la réalité de la guerre.
Jordy, parce qu’il s’aventure dans des lieux abandonnés et qu’il déplace la poussière qui s’y trouve.
Lumi, parce que ses photogribouilles amènent les gens dans des petits rêves.
La liste va être très longue…
Moi, parce que je tiens un blog…

De toute évidence, seuls les fous peuvent encore croire en cela. Je les plains plus qu’autre chose.

Aujourd’hui je manifeste

Par conséquent, j’ai participé hier à Nantes à la marche blanche organisée en mémoire des victimes.
Je me suis joint aux 80 000 personnes présentes sous la pluie. Toutes réunies pour dire NON à la violence, NON à l’obscurantisme.

C’était notre manière de soutenir la liberté d’expression. En outre, il s’agit d’un droit dans notre pays. Un droit que j’aime particulièrement.

Charlie Hebdo, Nantes, Ville
Charlie Hebdo, Nantes
Charlie Hebdo, Nantes

Malgré la pluie qui s’est un peu intensifiée durant le trajet, les gens ne se sont pas dégonflés. Ainsi, ils ont continué à marcher dans le calme et le respect. Adultes, enfants, bébés, jeunes, vieux, toutes les couleurs de peaux et religions étaient présentes.

Charlie Hebdo, Nantes

Parce qu’ils croyaient en cette liberté d’expression, les membres d’une rédaction sont assassinés. Ceux qui voulait défendre des citoyens en danger, sont exécutés. Qui plus est, des citoyens d’un pays fier de sa liberté d’expression sont tués. Ces actes resteront impardonnables !!!

A ma façon je rends ainsi hommage à ces victimes et à leurs proches…

  • Jean Cabu, Stéphane Charbonnier, Bernard Verlhac, Philippe Honoré, Georges Wolinski, dessinateurs
  • Bernard Maris, chroniqueur économique
  • Moustapha Ourrad, correcteur
  • Elsa Caya, psychanalyste et chroniqueuse
  • Michel Renaud, fondateur du festival Rendez-Vous
  • Frédéric Boisseau, employé de la Sodexo
  • Ahmed Merabet, policier
  • Franck Brinsolaro, officier du service de la protection (SDLP)
  • Clarissa Jean-Philippe, policière municipale
  • Yoav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen, François-Michel Saada, clients d’une supérette
Charlie Hebdo, Nantes

Pour conclure, comme cet homme qui lève son crayon en l’honneur des disparus, je lève mon clavier pour dire que je n’arrêterai pas d’ouvrir mon petit bec quand j’ai quelque chose à dire. Même si cela déplaît.

A vous qui avez voulu faire disparaître Charlie Hebdo, vous venez de le rendre immortel ! #JeSuisCharlie

On a voulu tuer Charlie Hebdo…

29 Rue de Strasbourg, 44000 Nantes, France