Je suis sure que tout le monde à déjà entendu parler de l’exploration urbaine où autrement appelé urbex. Non ? Vous ne voyez pas ?!
C’est une activité qui consiste a aller visiter et notamment photographier des endroits construits par l’homme et quand ils sont abandonnés ou interdit, c’est encore plus palpitant.

Et bien je me suis lancé dans ce vaste sujet qu’est l’urbex il y a peu de temps. Un peu au hasard je dois dire car j’étais parti sur une mauvaise définition au départ. Mon ami Jordy de Totorotime fait beaucoup d’urbex (ou haikyo comme on dit chez lui) et à la base je pensais qu’il s’agissait de visiter des lieux simplement abandonnés. Je me suis alors dit que ça serait sympa de faire le contraire et d’explorer un lieu en cours de construction. Mais après discussion, il s’avère que l’un comme l’autre c’est de l’urbex.

Voici donc mon premier article traitant de ce vaste sujet qu’est l’exploration urbaine. Je vous emmène visiter un chantier en construction que je trouvé à Nantes… interdit au public bien sûr et surtout au petite fouine munit d’un appareil photo ^_^
N’oubliez pas de prendre un casque et vos lunettes (private joke pour ma compagne et son métier 😉

Interdiction

Vous voilà prévenu

Je suis devant les grilles. Il y a un espace suffisamment grand entre les grilles du chantier pour que je puisse me faufiler. Hésitation ! Petite conversation avec moi-même :
– « Ben, c’est interdit de faire ça. Tu pourrais avoir des problèmes. »
– « On des problèmes que si on se fait prendre (dixit Aladdin). Aller fait pas ta chochotte !
– « Non non, c’est mal ! Si quelqu’un te voit tu vas… »
– « Ta gueule !!! » (oui je suis grossier avec moi-même aussi ;-p)

Inspiration… Infiltration… Ca y est j’accède à mon première site urbex.
Me voilà au pied du colosse du béton. Je fais un petit tour vite fait pour voir ce que ça donne. Il y a 2 bâtiments, des sous-sols et un terrain derrière… Bref, de quoi passer un peu de bon temps.
Je vais commencer par le plus simple. Directions le sous-sol. Le temps de s’habituer aux échos et gérer l’adrénaline qui est quand même un peu montée et c’est parti.

Petit matériel

plomberie Escalier

Il n’y a pas grand chose dans le sous-sol à part des spots allumés (merci pour l’écologie d’ailleurs) et des bricoles par-ci par là. J’vais donc emprunter ce petit escalier un peu glauquy et voir ce qui se trame à l’étage supérieur.

Cage de fer

Je crois que c’est ici qu’on enferme les employés pas sages

Socle

Façade

L’agencement des pièces présentent de grands open-spaces. J’ignore quelle société va venir s’installer ici mais j’ai cette sensation assez étrange de connaitre les lieux. Faut dire que je travaille souvent dans ce genre cadre et du coup, je trouve des similitudes avec mes anciens buros. C’est assez sympa en fait. Je ne pensais pas avoir ce genre de sentiment en faisait de l’urbex. A mon avis c’est juste que l’endroit s’y prète bien.
J’arrive assez rapidement au dernier étage… Fin du batiment… Non pas vraiment ! Je vois une échelle qui patiente tranquillement au milieu du futur buro du patron sans doute. (Les patrons ça aiment bien être au dernier étage 😉

Deuxième moment fort de la journée, monter à l’échelle. Pour le commun des mortels c’est banal mais pour ceux qui sont sujet au vertige comme moi, il faut quand même se lancer. La curiosité était trop forte cependant, j’y suis allé. Un barreau, deux, trois… Hourra pour moi, je suis le maître du toit !

Roof

Depuis le toit
Chantier, Nantes, Urbex Chantier, Nantes, Urbex

Outils

La vue est assez impressionnante je dois dire. J’ai une zone industrielle au repos sous les yeux et le pont de Cheviré en fond. J’ai une petite pensée pour les ouvriers qui bossent là en semaine. Moi je visite un chantier et du coup, j’en profite bien mais les gars qui sont en train de faire le revêtement du toit doivent pas mal suer compte tenu du temps qu’il fait actuellement. Respect aux gars du chantier de Nantes.

Il est temps de redescendre. Y’a un terrain en chantier sous mes pieds qui m’appelle.

Chantier

Mince, l’échelle… je l’avais presque oubliée celle là.

De retour sur la terre ferme je decouvre le terrain et c’est vraiment le bord… le chantier. Y’a des trucs partout et il vaut mieux être prudent quand on pose les pieds. Par contre ça doit être assez sympa de venir faire du paintball ici ou de l’airsoft. Une vraie zone de combat !

Reflet

Fondations Grilles

Fer vs Terre

Au milieu de ce chantier trône une grue. La encore la curiosité voulait que je grimpe mais la raison a été plus forte. Je pense que j’aurai pu grimper étant donné que c’est assez sécurisé cependant j’ai eu un énorme doute quand à ma capacité à redescendre ensuite. Je ne m’imaginais pas vraiment coincé tout la haut par peur du vide. Vous n’aurez le droit qu’à une vue prise sous la juppe de cette grue.

Grue

Pour la petite histoire, la grue est maintenue par des blocs de béton. J’en ai compté 26 et ils font 3 tonnes chacun (je vous laisse faire le calcul). Comment ils font les ouvriers pour les positionner pile-poil le long de la grue ? Vous avez 2 heures.

Derrière un gros tas de pierres et de décombres, je vois un vieux bâtiment vraiment vraiment abîme. Malheureusement impossible de grimper sans prendre de gros risques. Je suis resté donc sage. Par contre, les taggers s’en sont donné à coeur-joie.

Ruine Bombe de tag

Tag

Message pour les messieurs du chantier. C’est vraiment mal rangé chez vous. C’est pire que mon buro et pourtant y’a matière !
Au passage j’ai trouvé un écrou durant ma visite. J’ai pas vu de bocal pour le mettre dedans comme on fait d’habitude alors je l’ai posé là. Bon courage les gars.

Chantier, Nantes, Urbex

Et voilà, ma visite de ce chantier en construction et mon premier spot d’urbex s’arrête ici. Qu’en avez-vous pensez ? Allez-y lachez vous sur les commentaires, c’est fait pour. J’espère que vous avez aimé. Personnellement j’ai trouvé ça très sympa à faire et je pense que je recommencerai prochainement.

Print Friendly, PDF & Email